Archives de catégorie : "Société"

Les violences faites aux femmes au cœur de la programmation de la 4e édition du festival « Films- Femmes -Afrique » La quatrième édition du festival « Films-Femmes-Afrique » qui se tiendra du 21 au 29 février à Dakar et du 2 au 7 mars dans les régions, fera un focus sur les violences faites aux femmes dans sa programmation. « Femmes en résistance », est le thème retenu cette année. « Les films sélectionnés pour le festival Films-Femmes-Afrique racontent ou documentent des histoires de femmes du continent africain qui résiste à l’oppression sociale, ou patriarcat au silence et tant d’autres choses encore », indiquent les organisateurs qui faisaient face à la presse ce vendredi à l’espace Yennenga du centre socioculturel de Grand Dakar. La présidente du festival Martine Ndiaye a dit qu’à travers cette programmation de plus de 60 films, longs et courts métrages, le festival se veut une…

Lire la suite

Elles sont nombreuses à s’investir dans le domaine des sciences. Elles sont sénégalaises, connues ou méconnues des rangs, et contribuent, fièrement, à donner du prestige à leur pays. Voici quatre profils types consacrées par le magazine Intelligence et qui font bouger les codes au Sénégal et partout dans le monde. Salma Sylla, astrophysicienne Elle a marqué l’histoire en devenant la première femme sénégalaise à exceller dans ce domaine. Passionnée d’astrophysique (science qui étudie le fonctionnement des astres et de l’Univers en général), Salma Sylla fait partie des scientifiques qui ont participé à la mission de la NASA lors de l’observation de l’occultation de l’objet de la ceinture de Kuiper 2014 MU69 au Sénégal le 3 août 2018. Diplômée d’Études Approfondies (DEA) en Physique Atomique et Nucléaire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), Salma Sylla compte mettre en place un programme de découverte en Astronomie et Astrophysique destiné aux…

Lire la suite

Excisée à la naissance, Fatoumata Tamba lutte contre les mutilations génitales féminines, qui touchent près de 200 millions de femmes dans le monde. Pour cette Sénégalaise, l’abolition de cette pratique ne peut passer que par l’éducation des jeunes. Dans sa consultation de Sédhiou, en Casamance, elle casse les mythes sur la sexualité féminine. « Quand tu es excisée, il faut mettre en place des stratégies pour trouver le plaisir ! » Fatoumata Tamba n’est pas revêche à la confidence. Après quelques minutes de conversation, cette Sénégalaise au sourire mutin envoie valser un tas d’idées reçues sur la sexualité et l’excision. Notamment celle qui voudrait que cette mutilation – qui consiste en l’ablation partielle du clitoris, le seul organe entièrement consacré au plaisir – empêcherait celles qui en ont été victimes d’avoir une sexualité épanouie. À 37 ans, Fatoumata revendique une sexualité heureuse. Pour autant, ce n’est pas elle qui va défendre cette…

Lire la suite

  Souvent, au terme de leur grossesse, dans la fatidique épreuve d’accouchement qui s’en suit, certaines femmes délaissent volontairement les structures de santé jugées parfois trop  coûteuses  ou du fait d’un délai d’attente pour une prise en charge jugé assez long, d’autres par contre le font malgré elles lorsque les moyens de transport font défaut. C’est le cas des deux quartiers de Kédougou Ndiormi et Kongori qui, à eux seuls, totalisent 25 accouchements à domicile sur les 100 enregistrés dans toute la région courant 2019. De l’avis de Mme Sow Diabou Cissokho, maîtresse sage-femme au centre de santé de Kédougou, la récurrence des accouchements à domicile sont dus à plusieurs facteurs dont le plus notoire est l’acheminement vers les structures de santé. «Les accouchements à domicile au niveau de Kédougou existent jusqu’à présent. Plusieurs raisons en sont à l’origine. Surtout dans les deux quartiers où le phénomène est notoire, à…

Lire la suite

L’utilisateur de Twitter Wenzile Madonsela Msimanga a affirmé qu’un quart des femmes en Afrique sont touchées par la dépression. Msimanga cite comme source StrongMinds, une organisation à but non lucratif qui « traite les femmes africaines souffrant de dépression » en Ouganda. Les éléments de preuve fournis par cette organisation ne prouvent pas l’affirmation. Les dernières données de la Global Burden of Disease Study estiment qu’environ 4 % des femmes en Afrique souffrent de dépression. Lorsque Wenzile Madonsela Msimanga a tweeté sur la prévalence de la dépression chez les femmes en Afrique, un certain nombre d’utilisateurs de Twitter ont voulu savoir d’où venaient les statistiques. Msimanga, qui s’est présentée comme défenseur de la santé mentale, est la fille de l’ancienne protectrice publique sud-africaine Thuli Madonsela (Note : en Afrique du Sud, le protecteur publique est un fonctionnaire habilité à enquêter sur les transactions gouvernementales irrégulières) Msimanga a tweeté à plus de 10 000 abonnés sur Twitter en…

Lire la suite

La gestion des urgences sanitaires est un problème à prendre à bras le corps. Au lendemain de la circulaire envoyée par le ministre de la Santé et de l’Action sociale qui, sur instruction du chef de l’Etat, exige une prise en charge correcte des cas d’urgences dans les structures hospitalières, une tragédie s’est déroulée à Thiès, à cause d’une évacuation rendue presque impossible à cause d’un déficit d’ambulance. les faits se déroulent à Diobass, une commune située près de la ville de Thiès, où la tristesse et la consternation sont les sentiments les mieux partagés. Une dame, Madeleine Ngom, y a perdu la vie après avoir donné naissance à des jumeaux, un garçon et une fille, ce vendredi, au poste de santé de Sanghé, un village situé dans la même zone. Originaire du village de Baback, la défunte y avait rejoint son domicile conjugal. Après son accouchement, son état de…

Lire la suite

Qu’elle soit dans un club ou en train d’acheter des tampons, Dami Oloniskin, 29 ans, n’est jamais loin de quelqu’un qui veut lui demander conseil pour refaire sa vie amoureuse. « Je dis juste: ‘écoute, je ne suis pas en service en ce moment’ », dit en riant la bloggeuse, connue de ses fans sous le nom d’Oloni. « Hier, je suis allé à la pharmacie, et j’ai vite fait de faire une toilette et cette fille m’a dit : « Vous êtes Oloni ? » Oloni est une influenceuse, avec plus de 200 000 abonnés sur Instagram et Twitter (CLAP BAQ QUEEN @Oloni), un podcast (@LaidBarePodcast) et maintenant une série télévisée. Ses réponses brutalement franches aux questions de ses fans sur le sexe et les relations et ses fils Twitter désormais célèbres, où elle demande à ses followers de partager leurs plus juteuses histoires de sexe. « Envoie-moi un message direct (DM) racontant une aventure…

Lire la suite

Le débat sur la criminalisation du viol occupe tous les salons. Sans nul doute, il s’agit d’un pas important qui devrait aider à donner une punition jugée redoutable mais unanimement considérée comme juste pour les auteurs de viols. Par ailleurs, certains craignent que cette loi fasse déborder les choses sur le plan social et judiciaire. https://www.youtube.com/watch?v=D7RFW7rpCnY

Des organisations de la société civile pour l’élimination des violences basées sur le genre saluent l’adoption de la loi criminalisant le viol et la pédophilie au Sénégal, soulignant une avancée significative en matière de protection des filles et des femmes face à ce fléau. « Nous félicitons le gouvernement pour cette avancée significative en matière de protection des filles et des femmes face à ce fléau qui prend de plus en plus de l’ampleur et qui marque à jamais les victimes », lit-on dans le communiqué de la Synergie de Organisations de la Société Civile (SYSC, repris par l’APS. L’Assemblée nationale a voté ce lundi à l’unanimité et par acclamation le projet de loi criminalisant les actes de viol et de pédophilie. Ce projet de loi avait d’abord été adopté en Conseil des ministres le 27 novembre dernier. Il s’agit d’une loi modifiant celle du 21 juillet 1965, portant sur le Code…

Lire la suite

Au Sénégal, moins de 8% des femmes âgées de 15 à 49 ans sont propriétaires de maisons ou de terres, selon une récente enquête réalisée par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) en partenariat avec ONU-Femmes. Intitulée « Violences basées sur le genre et pouvoirs d’action des femmes- 2019 », l’enquête de l’ANSD révèle ainsi qu’au Sénégal, les femmes possèdent des maisons dans une proportion moindre (7,8 %). « Il s’agit d’une propriété en commun pour 5,9 % des femmes, alors que seulement 0,9 % d’entre elles possède seule une maison », signalent les auteurs de l’enquête. Selon eux, pour une femme, être propriétaire de biens peut constituer une source de richesse qui peut la mettre à l’abri de tout dommage en cas de rupture d’union par exemple (séparation, divorce ou veuvage). Parallèlement, les statistiques sur la possession de terres laissent apparaître des résultats similaires à…

Lire la suite

10/50